Réussir la réforme territoriale

Posté par saintmichelps91 le 7 août 2014

Suite aux élections municipales et communautaires mais aussi aux européennes, le gouvernement a décidé de travailler à la simplification de ce que l’on appelle souvent « le mille-feuille » administratif.

Les résultats de ces scrutins expriment un besoin de clarification des missions et des compétences de chaque institution mais aussi une demande forte de proximité avec les décideurs locaux. Alors que les débats sur la fusion des régions et la suppression des départements sont en cours au Parlement, l’avenir des métropoles et des intercommunalités sera au cœur de l’actualité locale et nationale des prochaines semaines.

Ainsi, les premières décisions suite au vote de la loi « MAPAM » du 27 janvier 2014 interviendront dès la fin du mois d’août, notamment en Essonne et dans le Val d’Orge. Ce texte qui prévoit la création de la Métropole du Grand Paris prévoit également la création  d’intercommunalités d’au moins 200 000 habitants dans les départements de la grande couronne.

S’il apparaît essentiel pour certains territoires de se regrouper, pour mutualiser des moyens et renforcer l’aventure intercommunale, le législateur a prévu la possibilité de déroger à ce seuil démographique pour tenir compte des caractéristiques de certains territoires.

Première agglomération créée en Essonne en 2001, le Val d’Orge est aujourd’hui reconnu comme une intercommunalité de référence au niveau régional. Une Agglomération qui a pris en charge de nombreuses compétences de proximité et qui s’est construite pas à pas sur la base d’une histoire partagée et d’une identité commune. C’est pour préserver la cohérence de notre projet de territoire que l’ensemble des Conseillers communautaires du Val d’Orge, de toutes tendances politiques confondues, demandent aujourd’hui une dérogation au Préfet. C’est aussi la demande de l’ensemble des Conseillers municipaux de Saint Michel sur Orge car il nous semble important de conserver la maîtrise de notre cadre de vie, de notre urbanisme et de notre fiscalité locale.

Il nous semble également essentiel de défendre nos services de proximité et d’éviter la création d’une super structure éloignée des habitants. Une « Nouvelle agglomération » décidée sans consultation des habitants et contre l’avis des élus, une intercommunalité déconnectée de notre bassin de vie qui ne répondrait pas aux enjeux.

 Nous espérons être entendus pour réussir la réforme et dans le cas contraire, nous serons présents dès la rentrée prochaine auprès des élus de la communauté d’agglomération pour défendre nos villes et leurs habitants.

Alice SEBBAG

Conseillère municipale du Parti Socialiste

Publié dans Services publics, Société, Vie locale | Pas de Commentaire »

Réforme des rythmes scolaires

Posté par saintmichelps91 le 30 juillet 2014

Priorité du programme de François Hollande, l’éducation a figuré dans les « 60 engagements » et s’est traduite notamment par la réforme des rythmes scolaires, mesure marquante des gouvernements « Ayrault » puis « Valls », élaborée par les ministres Peillon puis Hamon. Le constat initial est que depuis la mise en place de la semaine de quatre jours en 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE : 144 jours contre 187 jours en moyenne. Ils subissent de ce fait des journées plus longues et plus chargées. Il fallait réformer la journée d’apprentissage des écoliers français et organiser les heures de classes en prenant en compte l’équilibre de l’enfant, en identifiant les moments où il est le plus disposé à la concentration et lui donner la possibilité de se développer personnellement au travers d’ateliers dits TAP proposant des activités sportives, artistiques, etc. Cette réforme a été, et en tous les cas, devait être l’occasion de mettre en discussion tous les acteurs de l’éducation de l’enfant à l’école : associations de parents d’élèves, enseignants, services péri et extra scolaire, Atsem, personnels d’entretien et d’office.

Grandes lignes : étalement des 24 heures d’enseignement hebdomadaire sur neuf demi-journées, incluant le mercredi matin ou le samedi matin, une journée de classe de 5 heures 30 maximum et une demi-journée de 3 heures 30 maximum ; une pause méridienne de 1 heure 30 au minimum mise en place dans les communes dès la rentrée de 2013 ou à la rentrée de 2014. L’épineuse question du financement n’a pas manqué d’être soulevée : en résumé, par le biais d’un fonds exceptionnel, pour les communes ayant décidé de mettre en œuvre les nouveaux rythmes scolaires à la rentrée 2013, une dotation forfaitaire de 50 euros à 90 euros par élève, selon les villes. Somme reconduite à la rentrée 2014, à hauteur de 45 euros par élève. Parmi les communes ayant choisi de reporter l’application de la réforme à la rentrée 2014, seules celles éligibles à la DSU cible ou à la DSR cible toucheront ces 45 euros par élève.

Dans notre ville, la réforme scolaire sera appliquée dans les écoles, à la rentrée 2014. Les grandes lignes de l’organisation : fin de la classe tous les jours à 16h00 sauf le mercredi, à 11h30 ; pause méridienne de 2 heures au lieu d’1h30. Les ateliers proposant diverses activités auront lieu le vendredi après-midi à partir de 15h00 et la participation à ces ateliers sera, même de façon modique, payante alors que certaines villes ont réussi une mise en place gratuite et de qualité. En revanche, il n’y aura plus d’accueil périscolaire à partir de 18h30.

La place réservée à cet article ne permet pas de retracer l’ensemble des débats qui ont eu lieu. Le bilan tiré par les villes ayant déjà expérimenté la réforme est positif même si pour le développement humain et à plus forte raison, pour l’enfant pour qui la réforme a été créée, des améliorations seront toujours nécessaires.

Espérons qu’ici et ailleurs, les responsables politiques de tous bords seront en mesure de prendre en compte toutes les suggestions qui permettront l’amélioration du développement de l’enfant.

La rédaction

Publié dans Education, Services publics, Société, Vie locale | Pas de Commentaire »

La Majorité agit

Posté par saintmichelps91 le 15 décembre 2012

Le gouvernement n’est en place que depuis sept mois, ce temps a pu sembler long à beaucoup de Français pour lesquels l’émergence d’un véritable « changement » sociétal était légitimement imminente. Cependant, nombre de mesures déterminantes de ce changement politique ont déjà été promulguées durant cette courte période. Ces mesures s’inscrivent dans le droit fil de notre volonté de soutenir en priorité le pouvoir d’achat, l’emploi et l’éducation, il est important de les rappeler.

Les premières mesures prises par le gouvernement en soutien du pouvoir d’achat et de l’emploi ont été :

- l’annulation de la hausse de la TVA de 1,6 point qui devait prendre effet au premier octobre 2012, cette injuste hausse d’impôt aurait impacté plus particulièrement le budget des moins favorisés de nos concitoyens ;

- l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire ;

- l’encadrement du niveau des loyers lors de la relocation ;

- l’augmentation du Smic ;

- la baisse du prix des carburants ;

- la décision de créer 150000 emplois d’avenir dont 100000 dès 2013.

- l’ouverture des négociations avec les partenaires sociaux pour la mise en place de 500000 contrats de génération ;

- la création de 2000 postes à Pôle Emploi ;

- la création d’une Banque Publique d’Investissements permettant de financer les projets des PME.

En outre, il faut souligner l’action déterminante de François Hollande pour l’infléchissement de la politique européenne vers une relance de la croissance, par l’acceptation du plan européen de croissance de 120 milliards d’euros, le financement de grands projets et l’instauration d’une taxe sur les transactions financières.

Des mesures d’urgence ont été prises pour assurer la rentrée scolaire :

- création de 1000 postes d’enseignants supplémentaires ;

- création de 500 emplois de prévention et de sécurité supplémentaires ;

- ouverture de 700 nouvelles classes ;

- recrutement de 1500 auxiliaires de vie scolaire pour la scolarisation des enfants handicapés.

Cette liste des premières mesures prises n’est pas exhaustive mais démontre la réalité  et l’efficacité de l’action du gouvernement dans ces secteurs prioritaires du pouvoir d’achat, de l’emploi et de l’éducation, pendant ses cinq premiers mois d’existence.

Jean-Claude LEVRON

Publié dans Economie, Education, Emploi, Europe, Logement, Services publics | Pas de Commentaire »

Campagne des régionales : Café-débat sur le thème des transports et de la formation

Posté par saintmichelps91 le 23 février 2010

Samedi 20 février 2010, Pub Macadam, 19:00 – 21:00.

Campagne des régionales : Café-débat sur le thème des transports et de la formation.

Une vingtaine de personnes ont pris part à ces échanges.

Mot d’accueil par Marie-Elisabeth BARDE et rappel par Bogoul M’BAYE des réalisations subventionnées par le Conseil Régional à Saint-Michel-sur-Orge : réhabilitation de 187 logements, création d’une crèche de 60 places, piste cyclable desservant le collège Jean Moulin, rénovation de la gare, construction d’un hôtel d’entreprises.

En introduction, Marianne LOUIS nous précise que l’Ile-de-France est une région riche sur le plan économique mais également sur le plan social, dans les domaines de la santé, de l’éducation. Ce qui fait d’elle une région attractive. 

Sur le Grand Paris, Marianne LOUIS indique que l’objectif de l’UMP est la recherche d’une rentabilité maximale en valorisant des terrains desservis par une ligne de métro automatique les reliant au quartier de la Défense et à l’aéroport. La vision PS d’un renforcement des liaisons transversales de banlieue à banlieue à l’instar du tram-train Massy-Evry et du prolongement de certaines lignes de métro est un projet profitant à un plus grand nombre de Franciliens. Mais d’ores et déjà, le STIF présidé depuis 2006 par J.P. HUCHON a amorcé le remplacement des matériels roulants les plus anciens, mis en place la continuité de l’information voyageurs dans les gares, par la communication entre les réseaux SNCF et RATP et obtenu que les bénéfices réalisés par la SNCF en IDF y soient réinvestis et non sur les lignes TGV. Le programme porté par les socialistes et leurs partenaires inclut l’extension de la carte Imagine’R à tous les jeunes de moins de 25 ans, le dézonage du pass navigo le week-end ; il n’envisage pas le tarif unique qui coûterait 600 M€ et entraînerait le ralentissement des investissements ou l’augmentation des impôts. La désensibilisation de la ligne C par rapport aux aléas passe par l’augmentation du nombre de voies entre Juvisy et B.F. Mitterrand mais seul RFF via l’Etat peut le décider.

Sur la formation, Anouar BRIKI pose, face à la question primordiale de l’orientation dès la classe de 5ème, question à l’origine des inégalités dénoncées depuis les années 1960 par Bourdieu dans l’Education Nationale, la réponse d’un service régional d’orientation qui mettra en synergie tous les moyens existants. Miser sur l’humain pour orienter, et pas uniquement sur l’internet comme le propose la Droite. En 2009, la Région a aidé 80 000 apprentis en CFA, notamment sur les métiers de l’habitat durable. 60 M€ ont été versés aux organismes paritaires pour financer la reconversion des salariés, en plus du soutien à la formation continue (FONGECIF). Plus de la moitié des quelque 470 lycées ont été réhabilités. Pour aider les jeunes en décrochage, l’objectif est de porter à 2500 le nombre de places dans les écoles de la 2ème chance qui fonctionnent entre autres à Ris Orangis et aux Ulis, et dont 85% des diplômés décrochent un emploi. La création des internats est une réponse au problème du logement et des conditions de travail des élèves. Le cartable numérique est un autre axe des efforts déployés par la Région qui projette aussi des Etats Généraux de l’orientation professionnelle. La circulaire gouvernementale prévoyant l’envoi des élèves d’IUFM pour remplacer des enseignants (après suppression des postes) illustre une conception du service public de l’éducation nationale, très étrangère au Parti Socialiste.

Samuel NGUEFEU, Marie-Elisabeth BARDE

Publié dans Education, Services publics | Pas de Commentaire »

Le Parti socialiste appelle à participer jeudi 29 janvier dans toute la France aux manifestations

Posté par saintmichelps91 le 27 janvier 2009

Le 27 janvier 2009

Un appel à la mobilisation pour la défense de l’emploi, des salaires, du pouvoir d’achat, de la protection sociale et des services publics face à la crise, a été lancé le 15 décembre dernier par la CGT, la CFDT, FO, la CFTC, la CGC, la FSU, l’UNSA et Solidaires, puis repris dans les branches professionnelles du privé et l’ensemble des services publics.

Dans toute la France, des manifestations interprofessionnelles se tiendront. Le Parti socialiste soutient et appelle à la participation de toutes et tous.

Cette mobilisation dont on reconnaît déjà qu’elle sera d’ampleur est l’expression collective de l’inquiétude des Français face à la crise économique, et celle de leur volonté d’appeler le gouvernement à un changement de cap radical.

Lire la suite… »

Publié dans Economie, Emploi, Politique, Services publics, Solidarité-santé | Pas de Commentaire »

123
 

Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Bienvenue sur le blog du RC... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai