Voeux de la section le 10 janvier 2016, 15:00

Posté par saintmichelps91 le 1 janvier 2016

Maurice BOYE – Secrétaire de Section,

Marie-Elisabeth BARDE et Alice SEBBAG – Conseillères municipales,

Loubna MELIANE Conseillère Régionale,

et les Membres du Bureau de la Section

Vous présentent à vous, ainsi qu’à vos proches, leurs meilleurs vœux pour cette nouvelle année et vous invitent et vous invitent aux vœux de la section du Parti Socialiste, organisés le :

Dimanche 10 janvier 2016 à 15:00

Nouvelle Salle Berlioz (ancien bureau de Poste)

Place Berlioz – 91240 Saint-Michel-sur-Orge

Publié dans Culture-Medias, Editoriaux, Politique, PS, Vie locale | Pas de Commentaire »

L’affirmation des valeurs républicaines face à l’attentat contre Charlie Hebdo

Posté par saintmichelps91 le 7 janvier 2015

Chers Camarades,

Nous avons tous été bouleversés et profondément attristés à l’annonce de l’horreur de l’attentat de ce matin, à la rédaction du journal, Charlie Hebdo.

C’est la liberté d’expression, la liberté de la presse et le respect de la vie humaine et particulièrement celle des journalistes que, une fois de plus, des terroristes ont voulu anéantir.

Les rassemblements qui s’organisent dans plusieurs villes en France, sont l’expression de la solidarité nationale face à cette douleur et de l’affirmation de notre attachement à la démocratie et à nos valeurs républicaines.

A Saint-Michel-sur-Orge, un rassemblement est organisé ce soir à 19h30, devant l’Hôtel de Ville.

Vous trouverez en pièce jointe, le communiqué de presse de Carlos Da Silva, pour le PARTI SOCIALISTE – fédération de l’Essonne.

fichier pdf Communiqué de Carlos Da Silva

Amitié socialiste.

Marie-Elisabeth BARDE.

Publié dans Culture-Medias, Editoriaux, Libertés, PS, Société, Vie locale | Pas de Commentaire »

Commémoration de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions

Posté par saintmichelps91 le 21 juin 2010

10 mai, journée officielle de commémoration de l’esclavage, des traites (négrière transatlantique et dans l’océan indien, perpétrées à partir du XVème siècle contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes) et de leurs abolitions. 

La circulaire du 29 avril 2008 légalise la date du 23 mai pour le souvenir de la souffrance des esclaves, le souvenir du passé douloureux des aïeux des Français d’Outre-mer de l’Hexagone. Le 23 mai rappelle la marche silencieuse des 40 000 en 1998 qui a contribué au débat national et à la loi Taubira adoptée à l’unanimité le 10 mai 2001 et reconnaissant dans l’esclavage et la traite un crime contre l’Humanité. La loi énonce aussi l’insertion de ces faits dans les cours d’histoire, une requête en reconnaissance par l’ONU et le devoir de mémoire. Le CM98 (Comité Marche du 23 mai 1998) organise des conférences où interviennent des Africains, dans un débat apaisé. 

Bien sûr la traite arabo-musulmane a précédé la traite européenne transatlantique. Cette dernière a réactivé et développé sur une grande échelle une forme d’esclavage à des fins productives, dans le cadre d’un début de mondialisation de l’économie, parallèlement à l’essor de la civilisation matérielle occidentale. Le travailleur blanc libre est moins rentable car le coût d’un captif est amorti en 18 mois par le produit de son travail. La déportation de quelque 13 millions de personnes a fait la fortune des négriers. 

Entre le XVIème et le XIXème siècle, le commerce triangulaire voit des armateurs partir de Nantes/Bordeaux vers l’Afrique, les cales remplies d’étoffes, de poudre, de fusils, de barres de fer, de rhum, de perles de verre. L’échange est fait en Afrique contre de la gomme, de l’ivoire, du bois précieux et surtout du bois d’ébène (esclaves noirs), direction l’Amérique. A destination, quarantaine imposée avant débarquement, opération de « blanchissement » pour requinquer la « marchandise », les esclaves sont vendus, et le navire jette l’ancre vers l’Europe, les cales chargées de café, de sucre et d’autres produits tropicaux. Au XVIIIème siècle, les Européens se passionnent pour le petit-déjeuner à la parisienne : le café au lait sucré. Il faut du café et du sucre ; il faut donc plus d’esclaves. 

Les voyages par l’Atlantique ont atteint le paroxysme de la terreur et de l’horreur pour ces Africains mal nourris dans la promiscuité des cales, en proie aux épidémies et au mal de mer. 15% de mortalité pendant la traversée qui dure 3 à 5 mois. Taux plus élevé encore à cause du système d’exploitation esclavagiste qui nourrit la traite : le tiers des Nègres meurt dans les trois premières années de la transplantation. La vie laborieuse est évaluée à moins de 15 ans. Le repos dominical prescrit dans le Code Noir de Colbert / Louis XIV en 1685 est mal observé. La fuite est un crime. Le fugitif (Nègre marron) est amputé de ses oreilles, marqué à l’épaule et subit un sectionnement du tendon d’Achille. Le récidiviste ou le rebelle qui frappe son maître est passible de la peine de mort. 

Abolition de la traite en Grande-Bretagne en 1833 et en France sous l’impulsion de Victor Schoelcher en 1848, alors Secrétaire d’Etat à la marine et aux colonies, longtemps après la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Afin de démontrer l’infamie de la traite, les abolitionnistes doivent convaincre leurs contemporains de l’humanité du Noir. Bien plus que par amour pour les Noirs, la motivation contre l’esclavage est souvent prétexte à vider des querelles métropolitaines d’ordre politique ou de nature religieuse. 

La traite et l’esclavage ont bouleversé à jamais le monde, transformant les frontières, l’économie, la politique, les arts et la littérature. Des associations dont Diverscités et le COFFAD (COllectif des Filles et Fils d’Africains Déportés) militent pour que d’autres pays (Portugal, Hollande, Espagne, Danemark, Angleterre) reconnaissent la traite comme crime contre l’Humanité et que tous, France incluse, versent des réparations. Le philosophe Louis Sala-Molins, auteur du livre « Code Noir ou le Calvaire de Canaan », estime que la loi Taubira cantonnée à un aspect purement moral, devrait s’élargir pour inscrire le crime dans le Droit. Diverscités propose par exemple la restitution à Haïti des 150 millions-de francs or (21,7 milliards $ actuels) réclamés par la France pour dédommager les négriers après que Toussaint Louverture eut mis en déroute l’armée de Napoléon Bonaparte. Invoquer la complexité pour ignorer les indemnisations est assez médiocre pour les démocraties occidentales : la révision générale de la dette « odieuse » des pays pauvres ayant vu leurs enfants partir en esclavage dans le commerce triangulaire est une piste de réflexion, juste humainement et économiquement, en ces temps de célébration du cinquantenaire des « indépendances » africaines. 

Nombreuses sont les manifestations organisées en France pour se souvenir, sans chercher à opposer les mémoires entre elles. Les gamineries de cour de récréation telles que la polémique suscitée par le film « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb sur le massacre de Sétif et les exactions du FLN envers les Pieds-Noirs d’Algérie ne devraient pas se produire. L’histoire doit se souvenir qu’en 1940, Hitler s’est incliné aux Invalides devant la tombe de Napoléon Bonaparte, que Goebbels a financé un film élogieux sur Napoléon, sur un scénario écrit par Mussolini. Pourquoi ? Napoléon poussa le Code Noir à un niveau élevé de cruauté et d’inhumanité. Les Nazis s’en inspirèrent contre les Juifs. Napoléon eut recours aux armes chimiques dont le gaz, pour réprimer les révoltes d’esclaves. 

Oublier des pages sombres de notre histoire et focaliser trop précisément le devoir de mémoire sur un passé plus récent au détriment du stalinisme, des crimes perpétrés par les Khmers rouges, du génocide arménien, de l’esclavage ou de la traite négrière… ont fait écrire que « le négationnisme peut venir de partout » cf. Metro, Courrier des lecteurs, 2 mai 2010.

Samuel NGUEFEU

 

Publié dans Culture-Medias, Education | Pas de Commentaire »

« La Culture en danger »

Posté par saintmichelps91 le 7 février 2010

Le 19 décembre 2009, à l’initiative de Claude Bartolone, Président du Conseil général et Député de la Seine-Saint-Denis, en présence de Jack Ralite, Sénateur de la Seine-Saint-Denis, plus de 200 acteurs culturels du département se sont réunis pour lancer le mouvement national de mobilisation « La Culture en danger« …

Rejoignez l’Appel à la mobilisation pour la culture sur :

http://www.lacultureendanger.fr/ 

 

Publié dans Culture-Medias | Pas de Commentaire »

Le budget de la culture pour 2009 : la récession programmée

Posté par saintmichelps91 le 7 octobre 2008

Une fois de plus, le pouvoir présente le budget de la culture en trompe l’œil. L’annonce officielle est une hausse de 2,6 %. Mais la hausse réelle des crédits inscrits au budget de l’Etat est seulement de 1,1 %, alors que l’inflation est prévue à 2 % et risque d’être supérieure. De plus, déduction faite des dépenses de personnel (salaires des fonctionnaires), cette hausse n’est plus que de 0,2 % ! Enfin, ce budget est à nouveau frappé d’un gel. En vérité, les artistes, les institutions et les acteurs de la vie culturelle vont à nouveau connaître un budget de récession.

La hausse optique est obtenue par des ressources extrabudgétaires, par définition non pérennes, de 35 M euros, issues de recettes de cession d’immeubles de l’Etat. En particulier, 15 M euros sont ainsi donnés au spectacle vivant, mais les crédits budgétaires qui lui sont alloués connaissent 0 % d’augmentation! Cet expédient fragilise le financement du spectacle vivant et ne règle en aucune façon ses difficultés structurelles.

Lire la suite… »

Publié dans Culture-Medias, Société | Pas de Commentaire »

12
 

Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Bienvenue sur le blog du RC... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai