• Accueil
  • > Editoriaux
  • > La sécurité des Saint-Michellois mérite une meilleure considération

La sécurité des Saint-Michellois mérite une meilleure considération

Posté par saintmichelps91 le 24 février 2013

La sécurité des personnes et des biens relève de ces droits inaliénables que l’État, à travers la force publique, doit à chaque citoyen. Lequel en retour, contribue au financement de la police, de la gendarmerie, des sapeurs-pompiers etc. à la hauteur de ses capacités de contribuable, via l’impôt.

A l’échelle locale, les municipalités prennent part à l’instauration et au maintien de la sécurité de leurs administrés et de leurs biens, et pas seulement en sanctionnant les stationnements dangereux, ni en augmentant les prélèvements comme la municipale actuelle l’a fait.

La vidéosurveillance, rebaptisée vidéo-protection devait être le fer de lance de la majorité municipale dans le domaine de la sécurité. Quelques caméras de surveillance ont effectivement été installées et deux agents de surveillance de la voie publique ont été embauchés.

Il nous semble normal d’esquisser une ébauche de bilan, trois ans après la mise en œuvre de ces mesures. Pour que ce dispositif qui peut rassurer certains de nos concitoyens les plus vulnérables ou les plus exposés soit un tant soit peu efficace, davantage de caméras devraient être installées dans la ville ; or des caméras ont déjà été vandalisées et les perspectives sur le coût de maintenance et/ou d’extension du système sont toujours aussi floues en dépit de la pression fiscale qui en résultera. Les choix politiques doivent être expliqués.

Sur une échelle à quatre crans, notre ville émarge dans le groupe des villes où la situation commence à se détériorer sérieusement, avec une délinquance notoire ou des quartiers classés en zone urbaine sensible, juste derrière le groupe des villes relativement calmes en raison le plus souvent soit de la petite taille des quartiers soit des choix pertinents des mairies.

Qu’avons-nous constaté ces dernières semaines, pour ne citer que les exemples les plus récents :

-        A l’arrière du cimetière, dans une rue d’habitude plutôt calme, les habitants ont eu la surprise un matin de découvrir une voiture calcinée, à moitié encastrée dans la clôture empêchant l’accès aux rails de la voie ferrée, empiétant sur la moitié de la chaussée déjà étroite à cet endroit. Il ne s’agissait pas d’un accident, mais plus vraisemblablement d’une mise en scène destinée à effacer des indices et masquer des activités encore plus suspectes.

-        De manière plus récurrente, dans ce coin tranquille dont seul le passage des trains trouble par spasmes la quiétude, les habitants qui rentrent chez eux rencontrent assez souvent des groupes d’individus, à l’intérieur ou parfois à l’extérieur des véhicules. L’instinct grégaire leur interdit d’attarder le regard vers les promeneurs nocturnes. Le sol jonché de cannettes de bière, des résidus de restauration rapide, et des traces de pneumatiques sont à l’aube les seuls témoins d’une animation aux contours mal définis.

-        Passons de l’autre côté de la voie ferrée pour signaler cette motocyclette calcinée au pied d’un lampadaire dans la rue Boieldieu. Elle y restera plusieurs jours, comme pour rappeler à nos concitoyens à quel point le cadre de vie dans lequel ils évoluent est perfectible.

-        Signalons aussi toutes les petites incivilités qui au centre de la ville, autour de la place Berlioz sont peu à peu devenues banales.

Non, il n’y a pas de fatalité. Non, la jeunesse présentée comme délinquante n’est pas le problème. Oui, les Jeunes sont l’avenir de notre pays. L’éradication des actes délictueux sera au rendez-vous lorsque nous accorderons dans nos priorités d’équipements publics la place que nos concitoyens de 15-25 ans méritent, parce qu’ils le valent bien, au lieu de supprimer le Point Information Jeunesse comme l’a fait jadis l’actuelle majorité municipale. Dans le prolongement de l’action impulsée au plus haut niveau de l’État, la garantie d’une meilleure sécurité des habitants découlera d’une prise en compte globale des questions d’éducation, de culture et de politique de la ville, avec une construction de logements mieux pensée, et mieux accompagnée.

Le Bureau de la Section

Laisser un commentaire

 

Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Bienvenue sur le blog du RC... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai